MEHDI DIOURI

(C) BENOÎTE FANTON



C’est en 2000
…que Mehdi Diouri s’initie à la danse hip-hop. Il commence sa formation dans les rues de Chalon-sur-Saône qu’il perfectionnera plus tard au centre chorégraphique TAKA MOUV’ à Lyon avec les ELECTRIC BOOGALOO.

Très vite, Mehdi s’essaie à de grands évènements hip-hop, tel que le Battle of theyear, puis se tourne vers la scène après sa rencontre avec la compagnie TSN. Il intervient sur leurs créations de 2005 à 2014.

En 2006,
il contribue à un échange culturel sur l’art et la technique de la scène en partenariat avec le Ministère des Affaires Étrangères, qui le mène de Pékin à Shanghai. Par la suite, il interviendra fréquemment au Rumble Art Center de Chicago, berceau artistique de la culture hip-hop, où il séjournera le temps d’une année.

Son goût pour la scène l’amène à multiplier les expériences artistiques avec entre autres, la chorégraphe contemporaine Laure BONICEL, les metteurs en scène Lambert WILSON et Lies PAUWELS, le sociologue Hugues BAZIN ainsi que le QUATUOR-LEONIS.

En 2012,
il décide de développer son propre univers chorégraphique en créant la compagnie MehDia et réalise sa première pièce au titre éponyme.

Après s’être intéressé dans MehDia au thème de la rencontre et des liens humains, en 2018, il dédie Café-Floor au Café de Flore et aux scènes de la vie urbaine.


Aujourd’hui,
dans MeríDio, Mehdi souhaite représenter la féminité dans la danse hip-hop avec cinq danseuses venant d’horizons géographiques différents.

En parallèle de son travail au sein de la compagnie MehDia, il collabore avec la metteure en scène Clothilde Rullaud pour la création XXY. Mais aussi avec d’autres structures chorégraphiques, notamment le Centre Chorégraphique National de Créteil depuis 2013, auprès duquel il intervient dans les créations de la Compagnie Käfig sous la direction de Mourad MERZOUKI.

Au fil de ses expériences, Mehdi a su trouver l’équilibre entre la technicité de la danse hip-hop et l’émotion propre à son interprétation.